lundi 17 octobre 2011

C'est quoi, le Glass-Steagall Act

 Pour ceux et celles qui, samedi dernier, à la nouvelle Place du Peuple (l'ancien square Victoria ...!) se sont demandé ce que voulait bien dire le message de cette affiche. 

Afin d'en finir avec les errements de la finance, de plus en plus de voix réclament un retour à la séparation entre banque de dépôt et banque d'investissement. Le danger de la confusion entre les deux fonctions est réel. 

Les banques reçoivent des dépôts à court terme des particuliers et des entreprises qu'elles placent à moyen et long terme dans des investissements risqués. 

Qu'une crise boursière déclenche, comme en 1929, l'inquiétude des déposants sur l'état de santé de leur établissement bancaire et c'est la ruée pour retirer des liquidités que ladite banque est hors d'état de rendre séance tenante, ses investissements n'étant pas liquides. 

Le mélange des genres conduit à créer des mastodontes dont la déconfiture provoquerait de tels dommages que la puissance publique est obligée de les secourir. Soit on aboutit à une spoliation des déposants, soit à un recours au contribuable.

Pour éliminer cette dangerosité, en 1933, le Glass-Steagall Act est voté par le Congrès américain, afin d'obliger les banques à choisir entre leurs activités de dépôt et de prêt et leurs opérations sur titres et valeurs mobilières. 

Cette loi bancaire a été démantelée à partir de 1973 et abrogée en 1999. Elle a été réactivée aux États-Unis par la loi Dodd-Franck adoptée en juillet 2010. En Grande-Bretagne, l'idée est moins avancée. La commission Vickers a proposé, le 12 septembre, que la garantie de l'État soit limitée aux dépôts des particuliers et des entreprises.

Le Monde

1 commentaire:

  1. Merci, ma soeur de m'éclairer mes neurones.

    http://alternatives-economiques.fr/blogs/chavagneux/2011/06/17/les-britanniques-lancent-un-mini-glass-steagall-act/

    RépondreEffacer