vendredi 21 octobre 2011

Les vraies causes des maladies neurodégénératives ne sont pas prises en compte



Le 18 octobre 2011, se tenait à l'Assemblée nationale un premier rendez-vous intitulé "La santé environnementale au péril des lobbies et conflits d'intérêts" dans le cadre d'un cycle de quatre séminaires organisé par l'association Adéquations. Ce fut l'occasion de dénoncer la responsabilité des industriels et la passivité des pouvoirs publics dans l'explosion du nombre de maladies neurodégénératives.

Bonne nouvelle : les maladies d'Alzheimer, de Parkinson, la sclérose en plaques et l'autisme, dont le nombre de cas explose et qui touchent des personnes de plus en plus jeunes, ne sont pas une fatalité. Elles pourraient être évitées par une politique de prévention, puisqu'elles sont essentiellement dues à la prolifération des molécules chimiques dans l'alimentation, l'air, l'eau, les maisons, les objets usuels, plutôt qu'au vieillissement ou à des causes génétiques. En effet 300 000 substances sont répertoriées à ce jour (sans compter leurs innombrables combinaisons).

Mauvaise nouvelle : les industriels de la chimie, de l'agro-alimentaire et du médicament, occultent ce constat qui est pourtant aujourd'hui bien démontré par les recherches en épidémiologie et en toxicologie. Les autorités politiques et sanitaires adoptent la même attitude. Notre société est tombée dans le piège de la marchandisation des maladies du cerveau et dans la paralysie de la prévention.

Les maladies neurodégénératives et neuropsychiatriques sont un fabuleux marché qui garantit un exceptionnel retour sur investissement de 39% ! Maisons de retraite, assurances, compléments nutritionnels, bracelets électroniques et surtout les médicaments dont la liste ne cesse de s'allonger... sont autant de moyens de faire de l'argent.


Pour la suite
http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3118_causes_maladies_neurodegeneratives.php

Aucun commentaire:

Publier un commentaire