lundi 17 octobre 2011

Syrte, ville martyre de l'OTAN






Je sais. Le drame qui se vit en Libye depuis plus de deux mois, n'intéresse plus personne. D'autant plus qu'on ne veut pas savoir ce qu'a bien pu aller faire l'OTAN dans  cette galère. Mais, j'y pense, c'est quoi, ça, l'OTAN,  si ce n'est pas le bras armé de l'Empire mondial?  

Les autorités religieuses de Syrte (Libye) ont promulgué une fatwa autorisant les habitants survivants à manger les chiens et les chats.

Il y a près d’un mois 3 000 soldats et 80 000 civils ont été pris au piège : la ville est assiégée par les forces du Conseil national de transition encadrées par des officiers de la Coalition internationale et bombardée par l’OTAN.

Syrte n’est plus approvisionnée en nourriture. L’électricité et l’eau sont coupés. Les hôpitaux ne fonctionnent plus. La ville n’est plus que ruines.

Seuls 10 000 à 20 000 personnes auraient réussi à fuir la mort lors des interruptions des bombardements. L’OTAN affirme intervenir en Libye pour protéger la population civile et vouloir continuer son action jusqu’à la reddition ou la mort de Mouammar Kadhafi.

Pourtant, le siège et le bombardement par l’OTAN constituent des crimes de guerres au regard des normes internationales compte tenu du fait que la population civile en est la principale victime.

Ce drame est ignoré par les médias et les responsables politiques de la zone OTAN (lire: NOUS, OCCIDENTAUX)—y compris par les leaders français en campagne électorale présidentielle—. Un silence qui fait d’eux (et de NOUS) des complices.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire