lundi 28 novembre 2011

La Banque Centrale Européenne aux mains de Goldman Sachs et des Jésuites*


- Françaises, Français. Préparez-vous à subir le même plan d'austérité que la Grèce après les élections présidentielles de 2012. Des experts l'avouent, -Nous n'y couperons pas.-

La Banque Centrale Européenne pourrait nous sauver !

- La Banque Centrale Européenne avec à sa tête Mario Draghi (1), refuse de prendre en charge les dettes souveraines des pays de l'Union Européenne, contrairement aux autres Banques Centrales dans le monde.

Une attitude jugée inconcevable par des experts en économie et en politique.

Et de trois ! Nous avons donc au pouvoir les Premiers Ministres de la Grèce et de l'Italie affiliés à la la banque d'affaires Goldman Sachs et aussi le nouveau Président La Banque Centrale Européenne.

Mario Draghi a fait ses études à Rome chez les Jésuites. Licencié en économie et commerce à l'université de Rome « La Sapienza » en 1970, il obtient un Ph.D. en économie au Massachusetts Institute of Technology en 1976. Professeur universitaire à Florence et à Turin, il a été de 1991 à 2001 directeur général du ministère du Trésor public, chargé des privatisations. De 1993 à 2001, il a présidé le Comité pour les privatisations. 

À ce titre, il a été membre du conseil d'administration de plusieurs banques et sociétés en phase de privatisation (Eni, IRI, Banca Nazionale del Lavoro-BNL et IMI).

Fonctions auprès de la banque d'affaires Goldman Sachs Mario Draghi a été, de 2002 à 2005, vice-président de la branche européenne de la banque d'affaires américaine Goldman Sachs. 

Cette fonction prête à polémique quant à un éventuel conflit d'intérêt : contre rémunération, la banque d'affaires a notamment aidé la Grèce à dissimuler son déficit public via un procédé considéré comme relevant de l'inventivité comptable. Il est à noter que Mario Draghi a nié toute implication dans l'affaire.

Le 24 juin 2011, Mario Draghi est nommé président de la BCE par le Conseil européen. Il prend ses fonctions le 1er novembre 2011 pour un mandat de huit ans.

Le totale de la dette grecque représente à peine 2% du revenu global de l'union Européenne.  Une goutte d'eau donc, pour une Europe qui se voudrait vraiment unie.

Si la banque centrale européenne faisait son travail et acceptait de la prendre en charge à taux normale soit (1,25% actuellement) comme le font les autres banques centrales du monde, on se rend vraiment compte que cela ne représenterait pas grand-chose.

Mais ils ont choisi de la laisser se faire dépouiller par les marchés. Comme cela fonctionne si bien pourquoi ses requins s’arrêteraient-il là ?  L’Italie, le Portugal, l’Espagne et demain la France ?

Que fait Sarkozy ? L'Europe a été créée pour servir de cheval de Troie au nouvel ordre mondial. La crise précipitera les nations dans la gouvernance mondiale. Unies, elles sortiront de la crise. Créer les problèmes pour vendre la solution.





* Ces Jésuites dont on parle ne sont pas ceux qu'on pense  
Voir  ICI  en 9 pages

Aucun commentaire:

Publier un commentaire