mercredi 7 décembre 2011

A Washington, des centaines de personnes demandent des emplois à leurs élus


WASHINGTON - Aux cris de "Vous nous représentez, faites votre travail!", des centaines de personnes venues de tous les États-Unis ont manifesté mardi à Washington et essayé de rencontrer leurs élus dans leurs bureaux du Capitole, pour l'emploi et contre les coupes budgétaires.

La manifestation, sous le slogan "Reprenons le Capitole", donnait le top départ de trois jours de mobilisation pour l'emploi et contre les inégalités sociales, à l'appel de dizaines d'organisations, associations ou syndicats comme l'American Dream Movement, US Action ou les syndicats SEIU et AFL-CIO.

Les protestataires avaient convergé vers Washington dès lundi, en bus, en voiture ou en avion, pour rallier le "Camp du Peuple", une quinzaine de tentes blanches déployées sur l'immense esplanade du Mall, dominée par la coupole du Congrès et à quelques centaines de mètres de la Maison Blanche.

Mardi matin, des dizaines de petits groupes de manifestants, venus du Wisconsin (Nord), du Kansas (Centre), de Floride (Sud-Est) ou de l'Ohio (Nord), sont entrés pacifiquement dans les bâtiments entourant le Capitole, pour rencontrer leurs élus dans leurs bureaux.       

«Nous sommes ici pour demander des lois sur l'emploi », a déclaré à l'AFP John Reat, 62 ans, de Columbus (Ohio), un informaticien au chômage qui faisait partie d'une délégation souhaitant parler à John Boehner, le président républicain de la Chambre des représentants.

Le président Barack Obama tente actuellement de faire passer devant le Congrès des mesures faisant partie d'un plan emploi de 447 milliards de dollars.

Les États-Unis comptent un peu plus de 13 millions de chômeurs. Le taux de chômage du pays, à 8,6% au mois de novembre, n'avait plus été inférieur à 9% --à l'exception des mois de février et mars 2011-- depuis mai 2009.

Mais la baisse récente du taux de chômage s'explique entre autres par le découragement des chômeurs qui ne s'inscrivent plus sur les listes de demandeurs d'emploi.

«Nous voulons que les 1% les plus riches soient taxés davantage, et qu'il n'y ait pas de coupes budgétaires touchant les retraites ou la santé», a ajouté M. Reat, vêtu en costume-cravate pour défier les stéréotypes sur les manifestants "paresseux ou drogués".

«Je préfèrerais être au travail«, a-t-il indiqué à l'AFP, «mais aujourd'hui dans ce pays, l'écart entre les riches et les pauvres augmente de plus en plus. Quand on perd son travail, on perd son assurance santé. Si on a un pépin de santé, on siphonne ses économies, et puis on perd sa maison. Ce n'est pas juste», dit-il.

La délégation a été tenue à l'extérieur du bureau de M. Boehner, absent car en séance, selon un assistant.

Source: Extraits - L'Express

Aucun commentaire:

Publier un commentaire