dimanche 30 septembre 2012

Les deux jours de Hollande à New York facturés 900.000 euros



En chute libre dans les sondages, François Hollande suscite quelques interrogations après son séjour de deux jours à New York dont la facture s'élève à... 900.000 euros.

Certes, François Hollande a dépensé 100.000 euros de moins que Nicolas Sarkozy en 2011. Certes, il a obtenu une ristourne substantielle sur le prix de la suite d'un luxueux hôtel de Manhattan qu'il occupait, habituellement facturée à 3.000 dollars la nuit et finalement négociée à moins de 1.000. 

Certes, la réception des 1.5000 Français dans une prestigieuse salle de Broadway n'a coûté "que" 116.000 euros, soit près de quatre fois moins que Sarkozy en septembre dernier, où 4.000 convives avaient répondu présent. Et comme l'assure Le Parisien, il y avait du vin, mais pas de champagne.

Pourtant, la facture totale du séjour des 61 membres de la délégation française a du mal à passer chez les anti-Hollande, notamment, qui n'ont pas tardé à s'exprimer sur les réseaux sociaux, rapporte le Huffington Post. 

Deux jours à 900.000 euros, ça fait beaucoup pour le président du changement qui a fait de la réduction du train de vie de l'État une promesse de campagne. Si François Hollande a évité une embarrassante rencontre avec Ségolène Royal en l'esquivant soigneusement, son voyage outre-Atlantique à l'occasion de l'Assemblée générale de l'ONU risque d'entacher un peu plus sa posture de président "normal".

samedi 29 septembre 2012

Espagne : des policiers solidaires des manifestants




Cela semble à peine crédible, mais des policiers espagnols ont ôté dimanche dernier leur casque en signe de solidarité avec les manifestants qui venaient crier leur colère contre la politique d’austérité menée par le gouvernement. Une attitude néanmoins peu suivie au niveau national, de nombreuses villes espagnoles ayant connu une répression féroce de la part des forces de l’ordre.

« Nous sommes également affectés par les coupes sombres dans les budgets. Nombre de nos familles vivent une situation insupportable », ont déclaré plusieurs agents de police. Le gouvernement de Mariano Rajoy s’est bien gardé d’ébruiter la nouvelle. Craignant une contagion du mouvement, il a décidé d’imposer des mesures disciplinaires contre ceux qui ont osé montrer leur solidarité avec les manifestants.

Les gestes de sympathie de la police vis-à-vis des manifestants étaient éloquents, certains agents allant jusqu’à s’asseoir aux côtés de ceux qui ont été mis à rude épreuve par la crise et l’austérité imposées par le gouvernement, engageant avec eux des débats dont l’avenir nous dira s’ils sont porteurs d’espoir. 

Pacifique, l’attitude des forces de l’ordre rompt avec l’idée qu’en eux habituellement les progressistes : « nous ne sommes pas ici pour charger les gens qui n’ont rien à se reprocher. Notre rôle est de réprimer les criminels, pas les gens honnêtes qui travaillent et qui sont pénalisés ».

Les manifestants ont fini par demander la démission immédiate du gouvernement et de tous les parlementaires, responsables selon eux des politiques d’austérité et de démantèlement de services publics. Ne souhaitant pas s’arrêter en si bon chemin, ils souhaitent apporter de l’espoir au peuple espagnol et lui redonner la pleine maîtrise de son destin. 

Les forces de l’ordre, dont les représentants sont malmenés comme les autres travailleurs par les politiques antisociales, sont présentées par certains commentateurs comme la clé de voûte d’un possible changement de régime. 

Dans l’Internationale, célèbre chant révolutionnaire, Eugène Pottier n’écrivait-il pas déjà, en 1871 : « les Rois nous saoulaient de fumées, paix entre nous, guerre aux tyrans ! Appliquons la grève aux armées, crosse en l’air et rompons les rangs ! ». Il ne reste plus qu’à mettre ça en musique.

Capitaine Martin
Source: Zebuzzeo

Merci Lolo

***

« les Rois nous saoulaient de fumées,
 paix entre nous, 
guerre aux tyrans ! 
Appliquons la grève aux armées, 
crosse en l’air 
et rompons les rangs ! »

De quels Rois parle l'auteur de ce chant révolutionnaire? Des dix Rois qui dirigeront (où dirigent déjà depuis longtemps) le Nouvel Ordre mondial? 

May

"CleanIT" : le nouveau projet qui va faire bondir les internautes



Après Hadopi, après Acta, voici venir CleanIT, le nouveau projet européen de réglementation du web qui risque de faire bondir les internautes et les défenseurs des libertés publiques sur internet.

Il y a maintenant deux ans, le Programme de Commission européenne pour la prévention et la lutte contre la criminalité avait mandaté un groupe rassemblant responsables gouvernementaux et représentants du secteur privé afin de réfléchir aux moyens de lutter contre le terrorisme sur internet. Pour ce faire, le projet, baptisé "CleanIT", et mené par le responsable néerlandais de l’anti-terrorisme But Klaasen, avait été doté d’un budget de 400.000 euros.

"Ridicule" et "effrayant"

Depuis, ce groupe de réflexion travaille discrètement, rendant régulièrement des rapports d’étapes qui n’ont jusqu’à présent été que très peu médiatisés. Mais la semaine dernière, l’association de défense des libertés sur internet European Digital Rights (EDRI) a mis la main sur un nouveau rapport jusqu’à présent tenu secret et comportant des propositions assez étonnantes, voire "ridicules" ou "effrayantes" selon certains, qui risquent en tous cas de provoquer une levée de boucliers chez les défenseurs du web.
En effet, pour lutter contre le terrorisme, CleanIT propose ainsi tout simplement de bannir tout "contenu terroriste". Or, cette idée suppose tout d’abord de trouver une définition commune à tous les pays d’Europe du terrorisme et de ce que peut-être un "contenu terroriste", au risque dans certains cas de violer la liberté d’expression de certains groupes. En outre, le projet propose d’également rendre illégal le simple fait de faire un lien hypertexte vers de ces "contenus terroristes".
CleanIT entend également mettre la pression sur entreprises du web en assimilant le fait d’avoir un groupe terroriste dans ses clients à une aide financière au terrorisme. Ainsi, le fait de "fournir des services internet" à l’un de ces groupes serait qualifié "d’aide économique (…) et serait donc un acte illégal".
Parmi les autres mesures proposées risquant de déclencher un tollé figurent notamment le fait d’obliger les entreprises du web "n’autoriser que les vrais noms" des internautes, ce qui reviendrait à interdire tout pseudo, l’obligation de mettre sa vraie photo sur les réseaux sociaux ou encore l’obligation d’inclure dans les navigateurs un "bouton d’alerte"…
Autant de mesures qui semblent inapplicables à moins de mettre internet sous tutelle des Etats ainsi que sous surveillance généralisée. "CleanIT" précise que son but n’est pas d’édicter des règles contraignantes mais de proposer une série de mesures et de principes destinés à guider les États membres dans leur travail législatif.
Source: WikiStrike
Merci Lolo

vendredi 28 septembre 2012

Grèce en flammes : partout à la Une, sauf en France



Vendredi 28 septembre 2012

Plus de 30 000 Grecs dans les rues d'Athènes contre la rigueur, selon la police : les flammes des cocktails Molotov jetés par certains manifestants sont à la Une de la presse mondiale, du Koweit à la Chine en passant par le Brésil et les États-Unis... Mais pas en France.

La photo de Une du quotidien hollandais ND montre des policiers grecs au milieu des flammes provoquées par un premier cocktail Molotov, tandis qu'un deuxième, lui aussi enflammé, arrive et se détache nettement sur le fond de ciel bleu.

Pas de Une de la presse française pour la Grèce aujourd'hui, et le matinaute remarquait déjà hier que la manifestation de Madrid n'était pas non plus en tête des préoccupations des médias audiovisuels... Lire L'indigné espagnol, ce balourd.

Ne pas en parler pour ne pas donner envie ? Avec les tensions sociales, l'augmentation "hilarante" du chômage... ne surtout pas parler de la Grèce paraît évident ! Et tant pis pour l'information.



























 Source: WikiStrike

***

Pourquoi pas en  France ...??? 
Pour ne pas en donner envie? 
En voilà, une raison!

May

Les Singes de l'Atlas (Maroc) : c'est à boire qu'il leur faut !



Tous les Marocains qui prêtent attention à la Nature connaissent ces familles de Magots qui ont perdu leur vie sauvage et quémandent de la nourriture dans la cédraie du Moyen Atlas, près d'Azrou. C'est déjà une erreur de les avoir rendus dépendants de l'homme sur des bords de route-poubelles, pour notre seule distraction, alors qu'il s'agit d'une espèce protégée dont il convient de respecter la liberté au sein de l'habitat. Mais bon, le mal est fait. 

Maintenant que nous avons détruit leur milieu de vie, que les moutons « comestibles » ont des droits prééminents sur la vie sauvage, que ces singes sont devenus des commensaux de l'homme, nous nous devons de les secourir en gardant les distances et sans demander qu'ils nous amusent en échange. La cédraie n'est pas un cirque ! Rappelons-le : la forêt de cèdres était originellement la maison des Magots et pas la nôtre !

Sécheresse et anthropisation...

Le surpâturage qui sévit dans la région a investi tous les points d'eau au profit des troupeaux et les singes Magots n'ont plus les moyens de se désaltérer. C'est aussi pourquoi ils écorcent les cèdres et se font détester des forestiers.

Avec la grande sécheresse qui sévit au Maroc depuis des mois, ces sympathiques animaux sont sans cesse au bord de la déshydratation. Et les badauds qui viennent leur rendre visite leur donnent des aliments, voire des confiseries, mais jamais d'eau ! Rappelons qu'il est interdit de les nourrir, que c'est préjudiciable à leur santé et à leur mode de vie, qu'un panneau installé par la Direction du Parc met ainsi en garde le visiteur... Mais au Maroc, pays de bonté, beaucoup de choses interdites sont « autorisées » ! Il s'avère que cette bienveillante tolérance est ici incongrue.


Chaque été ça recommence et durant les mêmes mois de la longue canicule d'Afrique du Nord, ces animaux entrent en déshydratation, laquelle induit souffrance quotidienne et mortalité certaine. Et chaque été ça recommence, touristes crétins et crétins locaux rigolent bien en les gavant d'une nourriture inutile et nocive mais personne ne pense à calmer leur soif-torture.

Ces mois-ci, des millions de litres d'eau sont quotidiennement charriés pour abreuver les troupeaux de moutons et de chèvres, mais pas un seul litre au profit des petits singes. 

L'homme pense d'abord à ses intérêts et sauve les moutons qu'il va manger. Si nous mangions du singe, on penserait peut-être à leur donner à boire... Le budget pour mettre à disposition cuves et abreuvoirs, ainsi qu'une simple surveillance des lieux, est dérisoire. Mais rien n'est fait.



Alerte aux responsables du Parc national d'Ifrane !

J'en appelle solennellement aux autorités compétentes pour que ces animaux protégés, qui plus est aimés des populations, qui sont aussi une valeur du riche biopatrimoine du Royaume, soient délivrés au plus vite de la terrible soif qui les tenaille. En période de forte canicule, on meurt plus volontiers de soif que de faim.

Les petits singes Magots nous demandent à boire !
Merci à la presse marocaine de bien vouloir relayer ce S.O.S. !

Le Singe Magot... comme bouc-émissaire du déclin de la cédraie marocaine

Contrairement aux dires des services forestiers, la densité populationnelle des Singes Magots est en constante diminution. Cette densité qui était d'environ 60 individus au km2 il y a dix ans, est tombée à 28 au km2 en 1995 et n'était plus que de 10 au km2 selon l'évaluation de 2002. Ce Singe est un indicateur fiable de l'état de la forêt et la mortalité des Cèdres du Moyen Atlas ne peut lui être attribuée.


***

Un banal fait divers 

On est tellement habitués de voir des humains, hommes, femmes et enfants, souffrir,  et même se mourir de faim et de soif dans ce monde "virtuel", que soudainement on se sent pris d'émotion devant la même misère chez les bêtes ... Mais on ne finira donc jamais de dénoncer la bêtise humaine. 

May

jeudi 27 septembre 2012

Marée noire due au naufrage de l'Erika : Total définitivement condamné, préjudice écologique reconnu

Naufrage de l'Erika @ Marine nationale

Décembre 1999, un pétrolier, l'Erika, se brisait en deux au large de la Bretagne entrainant une marée noire catastrophique sur plus de 400 km de littoral. Depuis, des associations de protection de la nature et des collectivités territoriales se battent pour que Total, quatrième groupe pétrolier et gazier mondial, soit condamné et que le préjudice écologique soit enfin reconnu. Retour sur une catastrophe écologique qui a bien failli se doubler d'une catastrophe juridique.

Le 11 décembre 1999, le pétrolier maltais l'Erika affrété par Total[1], chargé de 31 000 tonnes de fioul lourd, signalait une avarie structurelle. Le 12 décembre, le navire se cassait en deux à environ 55 km de la pointe de Penmarc'h (sud Finistère). Les deux morceaux de l'épave, distants de 10 km, coulaient par 120 mètres de fond et près de 20 000 tonnes de fioul se répandaient en mer.

Le 14 décembre, le premier oiseau mazouté était retrouvé à Lesconil (Finistère sud), près de 75 000 seront ramassés mais seulement 2200 seront sauvés par le travail remarquable des associations de protection de la nature. Au total, la LPO estime qu'environ 150 000 oiseaux sont morts dans cette catastrophe.

Plus de 400 km de côtes ont été souillées par cette marée noire, de la pointe de Penmarc'h (Finistère) à l'Ile de Ré (Charente-Maritime). 230 000 tonnes de déchets mazoutés ont été collectés non sans conséquence sur les écosystèmes qui ont été durablement modifiés et artificialisés.

Début 2002 : la LPO porte plainte, suivie par de nombreuses collectivités territoriales
Fin janvier 2002, deux ans après le naufrage du pétrolier maltais et après des mois de participation au sauvetage des 36 000 oiseaux mazoutés ramassés encore vivants, la LPO déposait plainte auprès du Parquet de Paris. La LPO souhaite alors établir les responsabilités pénales imputables aux différents acteurs du naufrage et faire reconnaître trois chefs de préjudice:




  • le préjudice moral, par référence à l'objet statutaire de cette dernière, qui est la protection des oiseaux et des écosystèmes dont ils dépendent, et au titre des dommages et intérêts ;

  • le préjudice économique, lié notamment aux dépenses de l'association pour toutes les actions engagées en faveur des oiseaux mazoutés ;

  • le préjudice écologique relatif à la destruction d'espèces protégées.


  • Début 2007: ouverture du procès de l'Erika

    Début 2007, le procès de l'Erika s'ouvrait et se tenait pendant quatre mois. Le Tribunal condamnait alors les prévenus, personnes morales et physiques, à des amendes maximales (Total SA et Rina : 375 000 euro ; l'armateur et le gestionnaire : 75 000 euro) et à verser solidairement des dommages et intérêts aux parties civiles (192 millions d'euro). Pour la première fois pour une marée noire, le préjudice écologique, enjeu majeur de ce procès, était reconnu à hauteur de 13 millions d'euro. En effet, ce dernier permet aux collectivités territoriales et aux gérants des territoires souillés d'être indemnisées afin de restaurer au mieux les écosystèmes détruits et/ou profondément transformés.

    Début 2008 : Total indemnise les victimes mais nie sa responsabilité

    Total est condamné une première fois par le tribunal correctionnel de Paris le 16 janvier 2008. Le groupe énergétique décidait alors : « de verser immédiatement et de manière irrévocable aux victimes de la pollution les indemnités fixées par le tribunal » mais aussi « de faire appel d'une décision de justice qu'il estime injustifiée et allant à l'encontre du but recherché : améliorer la sécurité dans le transport maritime. »

    Si Total versait alors 192 millions d'euros[2] aux parties civiles, le groupe considère toujours cette décision comme « Injustifiée : car il est reproché à Total d'avoir provoqué le naufrage en commettant une faute d'imprudence dans la sélection du navire, alors que Total a été trompé par des certificats qui ne correspondaient pas à la réalité de l'état gravement dégradé de la structure du navire.

    En tant qu'utilisateur de bateaux, Total n'a pas à se substituer aux sociétés de contrôle et de classification, à l'armateur et à l'État du pavillon ; ce n'est ni son rôle ni son métier. Allant à l'encontre du but recherché pour plus de sécurité dans le transport maritime : car en voulant obliger les utilisateurs à être des contrôleurs, elle risque d'entraîner la déresponsabilisation de ceux qui ont le savoir-faire, le devoir et le véritable pouvoir de contrôler les navires et en particulier leurs structures. A l'inverse du but recherché par le tribunal, cette confusion des responsabilités nuirait in fine à la sécurité des transports maritimes. »

    Depuis le naufrage de l'Erika, Total n'a eu de cesse de nier sa responsabilité sur le naufrage et a donc fait appel de cette décision. Mais, le 30 mars 2010, la cour d'appel confirme les condamnations et revoit même le montant des indemnisations à la hausse (200,6 millions de dommages et intérêt). L'affréteur du bateau Total, la société de classification Rina, l'armateur Giuseppe Savarese et le gestionnaire Antonio Pollara sont ainsi condamnés pénalement pour pollution en appel.

    Là encore, tous les condamnés s'étaient pourvus en cassation, un dernier recours pour tenter de briser la fronde des associations environnementales, des élus et des citoyens qui se sont battus pour que le principe de pollueur-payeur soit enfin appliqué.

    Septembre 2012: Total est finalement condamné ...

    Suite et fin  

    Source: notre-planete.info

    L'amarante une plante espiègle

    La nouvelle n'est pas nouvelle,  mais ...
    Cette plante est en train de faire tourner les beaux rêves de Monsanto en cauchemars.

    Les OGM, pour Monsanto, c’est la réponse absolue à la prédation des insectes.

    Pour les écologistes, et pour beaucoup de citoyens responsables, les OGM sont une menace pour l’environnement.

    Mais là où tous les militants du monde se cassent les dents contre le puissant loybby OGM, une petite plante fait de la résistance.

    L’amarante est une plante bien connue de nos ancêtres, puisque les Incas la considéraient comme une plante sacrée.

    Mais pour le lobby OGM, c’est plutôt une « sacrée » plante.

    Chaque plante produit environ 12.000 graines par an, et les feuilles contiennent des vitamines A, C et des sels minéraux.

    Elle est même plus riche en protéine que le soja, pourtant considéré comme champion en la matière.

    Les diététiciens affirment que la protéine de l’amarante est de qualité supérieure à celle du lait de vache.

    Ils conseillent d’utiliser les graines moulues d’amarante, mélangées à celle du blé pour faire du pain à qui elles donnent un délicieux goût de noisette.

    Mais revenons aux OGM.

    La scène du « drame » s’est tenue aux USA, à Macon, en Géorgie.

    Un agriculteur remarqua en 2004 que certaines pousses d’amarantes résistaient au Roundup dont il arrosait généreusement ses plants de soja.

    Les champs victimes de cette amarante comportaient une semence qui avait reçu un gène de résistance Roundup.

    Depuis cette date, le phénomène s’est étendu à d’autres états : la Caroline du Sud, et du Nord, l’Arkansas, le Tenesse et le Missouri.

    Le 25 juillet 2005, the Guardian publiait un article de Paul Brown qui révélait que des gènes modifiés avaient transité vers les plantes naturelles, créant ainsi une graine résistante aux herbicides.

    Ce que confirment les experts du CEH (centre for ecology and hydrology), et ce qui contredit les affirmations des pro-OGM qui ont toujours prétendu qu’une hybridation entre une plante génétiquement modifiée, et une plante naturelle était impossible.

    Pour le généticien britannique, Brian Johnson, spécialisé dans les problèmes liés à l’agriculture : « il suffit d’un seul croisement réussi sur plusieurs millions de possibilités. Dès qu’elle est créée, la nouvelle plante possède un avantage sélectif énorme et elle se multiplie rapidement. 

    L’herbicide puissant utilisé ici, à base de glyphosphate et d’ammonium a exercé sur les plantes une pression énorme qui a encore accru la vitesse d’adaptation ».

    La seule solution qu’il restait aux agriculteurs était d’arracher les plants d’amarante à la main.

    Sauf que cette plante s’enracine très profondément, rendant cette solution quasi impossible à réaliser.

    Du coup, les agriculteurs ont renoncé à cet arrachage.

    5000 hectares ont été à ce jour purement et simplement abandonnés, et 50.000 autres hectares sont menacés.

    Depuis, ils sont de plus en plus nombreux ces agriculteurs américains qui renoncent à utiliser les plants OGM, d’abord parce qu’ils coûtent de plus en plus chers, et que la rentabilité est de mise en agriculture comme ailleurs, et enfin parce que l’efficacité des OGM est contestable au vu de ce qui est en train de se passer.

    Pour Alan Rowland, producteur et marchand de semences de soja, à Dudley, Missouri, personne ne demande plus de graines Monsanto, au point que les graines OGM ont purement et simplement disparu de son catalogue.  Pourtant, cela représentait il y a peu 80% de son catalogue.

    Il constate que les agriculteurs retournent aujourd’hui à l’agriculture traditionnelle.

    Comme le dit Sylvie Simon dans un article à paraître dans la revue «  Votre Santé ».  L’amarante est en quelque sorte un boomerang renvoyé par la nature à Monsanto.

    « Elle neutralise le prédateur, et s’installe dans des lieux ou elle pourra nourrir l’humanité en cas de famine. Elle supporte la plupart des climats, aussi bien les régions sèches que les zones de mousson, et les hautes terres tropicales et n’a pas de problèmes ni avec les insectes, ni avec les maladies, donc n’aura jamais besoin de produits chimiques ».

    Les plantes vont-elles réussir là où tous les militants anti OGM du monde ont jusqu’à présent échoué ?

    En tout cas, comme disait un vieil ami africain :
    « Le mensonge donne des fleurs, mais jamais de fruits ».

    ***

    Mais Monsanto et cie va-t-elle laisser aller longtemps ces agriculteurs récalcitrants à ses OMG? Ne va-t-elle pas utiliser (d'ailleurs ne l'a-t-elle pas déjà fait?) toute  l'artillerie lourde à sa disposition: sécheresses, tornades, chemtrails à volonté, faillite, etc.,  pour venir à bout de ces résistants?  

    May

    Sauf que http://www.rustica.fr/articles-jardin/fleurs/planter-l-amarante,6075.html

    mercredi 26 septembre 2012

    Chemtrails: Pourquoi répandent-ils sur la planète?



    Ce film est la suite du documentaire révolutionnaire "What in the World are they spraying ? " qui a ouvert les yeux à des millions de personne sur les effets néfastes des chemtrails et autres programmes de Géo-ingénierie. Par conséquent, des mouvements dans le monde entier se sont formés pour répondre à ces crimes et de nombreux citoyens concernés prennent des mesures. 

    Comme les gens deviennent conscients de "CE" qui se passe, ils sont maintenant prèt à poser la question plus importante du "POURQUOI" ça se passe. Michael J. Murphy, créateur et co-producteur de "What in the World are they spraying ?" en association avec Barry Kolsky, ont produit "Why in the World are they spraying ?" pour répondre à cette question.

    Préparez-vous à découvrir:

    Les répercussions sur la santé humaine et l'environnement des programmes de Géo-ingénierie.
    Comment la Géo-ingénierie peut être utilisée pour contrôler notre temps.
    Quelles sont les industries qui bénéficient de programmes de Géo-ingénierie.
    Comment la pulvérisation affecte vous, votre famille et l'avenir de l'humanité.

    Dans ce documentaire, vous apprendrez comment les aérosols sont pulvérisés dans notre ciel et sont utilisés en conjonction avec d'autres technologies pour contrôler notre temps. Les Géo-ingénieurs affirment que leurs modèles ne servent que pour l'atténuation de la théorie aujourd'hui largement discréditée du réchauffement climatique. 

    Ce qui est clair, c'est que les Chemtrails / Géo-ingénierie peuvent être utilisés comme un moyen de consolider une énorme quantité de puissance à la fois monétaire et politique dans les mains des élites technocratiques. 

    Certaines sociétés internationales peuvent désormais tirer parti du contrôle de la météo et prendre le pouvoir sur les systèmes naturels de la Terre. Cela bien sûr, se fait au détriment de tous les êtres vivants sur la planète. "Why in the World are they spraying ?" est un must du cinéma et va révolutionner le mouvement environnemental.

    Source:http://www.infowars.com/why-in-the-world-are-they-spraying-full-length-documentary-hd/

    La vidéo suivante est disponible avec les sous-titres suivants: Espagnol, Français, Russe, Italien, Allemand et anglais. Cliquez sur le bouton "cc" pour activer les sous-titres de votre choix.


    Source: Actu- chemtrails
    Merci Lolo

    Intouchables vaccins : le coup de gueule légitime d'un médecin


     
    Initiative citoyenne
    lun., 24 sept. 2012 16:26 CDT 

    Nous sommes fiers de pouvoir reproduire ici, avec l'aimable permission de l'auteur, un texte d'une grande importance et d'une grande cohérence, persuadés que beaucoup de confrères pensent tout bas ce que le Dr Didier Tarte ose ici dire tout haut. Enfin une bouffée d'oxygène et de bon sens, cela fait réellement du bien!

    Intouchables, inquestionnables... et puis quoi encore ?!

    Voici un article « Eviter la casse avec les médicaments » très bien fait et très pertinent pour lequel on doit remercier la revue de l'Union française des Consommateurs Que Choisir de présenter ainsi son numéro spécial sur la santé d'Octobre 2012.

    Une démonstration rigoureuse et fine où nous trouvons ces réflexions :
    « Les médicaments sont censés nous soigner. Pourtant ils peuvent nous rendre plus malades, voire nous tuer, car tous sans exception, induisent des effets indésirables. Parfois mal connus, souvent mal compris par les patients et mal pris en compte par les médecins, ils sont d'une manière générale sous estimés. Tous les médicaments sont dangereux, en théorie comme en pratique. En théorie, parce que ces substances actives provoquent de multiples effets dans notre corps, désirables ou non. »
    Voilà des observations très intéressantes dont on se demande pourquoi un genre de médicaments très particulier se trouve toujours exclu de ces constatations. Alors que plus encore que les médicaments, ces substances actives provoquent de multiples effets dans notre corps, désirables ou non.

    Allons ! Qui pourra trouver ce genre de médicament si particulier, jamais suspecté de tels effets ? Fin du suspense ?

    Pour ceux qui auraient du mal à trouver : il s'agit des vaccins. En effet ils tombent parfaitement sous le coup de toutes ces remarques ainsi que de celles que nous allons relever plus loin. L'auteur souligne à juste titre : « tous sans exception induisent des effets indésirables..... Ils sont d'une manière générale sous estimés. »

    Ainsi surgit un espace d'exclusion de la réflexion concernant spécifiquement les vaccins. Pourquoi cette situation permettant aux vaccins d'échapper au droit d'inventaire comme celui que l'on doit avoir vis-à-vis de tout médicament ? De quelle logique suspecte et trouble cette attitude est-elle le témoin ?

    Le vaccin a réussi ce tour de force de devenir intouchable ! Insoupçonnable même, sauf de la part de personnes qui reçoivent alors l'étiquette de sectaire et plus grave encore de « lobby anti vaccin ». Appellations qui permettent d'office de réduire à néant toute interrogation sur les risques, mais surtout qui permet de déconsidérer ceux qui s'interrogent.

    De la part du lobby vaccinal, cette accusation ne manque pas de piquant, voir d'odieux, quand on sait les considérables moyens financiers dont il dispose et de sa capacité d'imposer aux États des contrats léonins où Big pharma se trouve dédouanée de toute responsabilités vis-à-vis des effets secondaires, comme cela s'est concrétisé en catimini lors de l'épisode du H1N1. Or ces protestataires, ainsi déconsidérés, n'ont comme pouvoir d'influence et de révélation, comme prétendu « lobby », que leur conscience, leur témoignage, et leur cri d'alarme renouvelé.

    Depuis longtemps, il est tout à fait avéré officiellement qu'à peine 1 à 10 % des effets secondaires sont effectivement recensés et comptabilisés[1]! Et ce pourcentage est encore plus faible en ce qui concerne les vaccins.

    L'article fait encore ressortir :
    « Toujours suspecter le médicaments. En plus de leur nocivité directe, les effets indésirables peuvent être indirectement dangereux dans le cas où ils ne sont pas reconnus comme tels. (Ne peut-on évoquer plus justement une réalité insoupçonnable concernant les vaccins ?)

    Les experts qui ont été interviewés le déplorent : les professionnels de santé n'envisagent pas assez la culpabilité possible du médicament. « Et si c'était le médicament ? », voilà la question qui doit se poser souvent, préconise Bruno Toussaint, directeur de la rédaction de la revue Prescrire. Devant tout nouveau symptôme, le médicament doit figurer dans la liste des causes possibles. »
    Voilà qui est parfaitement dit, mais comme par hasard jamais formulé à propos des vaccins (notamment à la revue Prescrire !) Ce parti pris est-il tolérable ? N'y-a-t-il pas là un incroyable manque de rationalité ou même d'éthique, que les vaccins soient ainsi blanchis d'office ? Si les dangers des médicaments sont dénoncés, ces mêmes experts semblent méconnaître totalement la part des vaccins dans l'émergence et la progression des maladies chroniques, auto-immunes[2] et dégénératives qui justement devient le pain béni pour tous ces nouveaux médicaments.

    Et l'article poursuit même que « le meilleur test consiste, quand c'est possible, à arrêter le médicament suspect ». Et bien justement, cette situation est exclue en ce qui concerne les vaccins ! Leurs effets désirés ou non ne peuvent être suspendus. C'est une mèche allumée qui attend son heure d'expression plus ou moins loin dans le temps suivant les facteurs de déstabilisation de la vie auquel chacun est soumis.

    Par ailleurs, il faut insister sur le fait, que les médicaments sont censés s'adresser à des personnes malades alors que les vaccins ne sont majoritairement injectés à des personnes en bonne santé. Et ceci, dès les premiers jours de la vie alors que le système immunitaire n'est pas encore pleinement constitué. N'est ce pas là une excellente façon de le dénaturer dès la naissance ? Comment ce qui semble logique à propos des médicaments, deviendrait illogique à propos des vaccins ? Quel statut ces derniers ont-ils pu acquérir pour s'affranchir de la loi commune de la raison et de la rigueur ? Et même de l'honnêteté ?

    Sans le savoir l'article enfonce le clou, si on veut faire l'effort minimum d'étendre la réflexion des médicaments jusqu'aux vaccins, en présentant un encart spécial intitulé Méfiance ! où il précise :

    « Un excès d'optimisme envers un médicament est toujours douteux. Ces deux petites phrases doivent nous alerter.

    1 - C'est un médicalement totalement sûr.
    2 - C'est un médicament tout nouveau.

    Pour conclure la fin de cet encart avec « D'une certaine façon, les utilisateurs des médicaments jouent les cobayes ».

    La première affirmation reproduit le refrain mille fois entendu à propos des vaccins. Mais ce qui doit être suspecté à propos des médicaments ne tiendrait-il plus à propos des vaccins ? Voilà une bonne logique, digne de Diafoirus ! Toujours l'effondrement de la réflexion autour des vaccins....

    Et que vient de formuler récemment le Docteur Anne Marie Moulin[3], lors d'une émission de France 5 intitulée « Vaccins, le virus du doute »[4] ?
    « Il ne faut pas cacher au public que ces nouveaux vaccins sont des vaccins expérimentaux et que, quelque part, on ne peut pas se passer d'un saut dans la population pour appliquer à un grand nombre d'individus un vaccin, qui par définition, n'est pas nécessairement adapté à la constitution de chacun. C'est là un enjeu aujourd'hui ». A rapprocher donc avec la conclusion de l'encart : « D'une certaine façon, les utilisateurs des médicaments nouveaux jouent les cobayes ».
    Il semble justifié de conclure ces remarques en reprenant la démonstration faite par le Docteur Alain Perrier dans son livre Vaccins : Abus de conscience. « L'évolution du symbole du caducée montre clairement l'évolution de l'éthique médicale au cours des siècles. Le passage de la verticalité à l'horizontalité et la suppression des attributs transcendantaux de l'homme nous permettent de mieux comprendre que la médecine moderne ne soigne plus des Êtres Humains, mais de simples créatures réduites à l'état d'objet.»[5]

    N'est-il pas alors nécessaire de rapprocher ce texte avec l'interview toute récente du professeur Philippe Even[1][6], lors de la sortie de son livre sur les médicaments :
    «L'entreprise médicale menace la santé» ? Mais là encore, les vaccins sont exclus de la réflexion. Toujours ce statut d'intouchable en action ! Les vaccins à l'instar de Méduse, qui paralysait du regard les mortels qui osaient la regarder, ont acquis un statut capable de paralyser la pensée de la presse et celle des instances officielles. Une sidération incompréhensible de la capacité de s'interroger à leur propos.
    Dr Didier Tarte.

    [1] Introducing MEDWatch A New Approach to Reporting Medication and Device Adverse Effects and Product Problems David A. Kessler, MD, for the Working Group JAMA, June 2, 1993-Vol 269, No. 21
    [2] http://www.plosone.org/article/info:doi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0008382
    [3] Le docteur Anne-Marie Moulin, directrice de recherche au CNRS, historienne de la médecine avec son livre L'aventure de la vaccination a siégé au Comité technique des Vaccinations.
    [4] http://www.youtube.com/watch?v=Xs8uuuAxeMw
    [5] L'évolution du caducée est expliquée sur le site suivant http://expovaccins.over-blog.com/article-vaccins-abus-de-conscience-le-nouveau-livre-du-dr-alain-perrier-76030968.html
    [6] Le Nouvel Observateur du 13 Septembre 2012, ainsi que sur le site du journal 

    Source: Sott.net

    lundi 24 septembre 2012

    Le Dalaï-Lama se mêle de vacciner les bébés


    Voilà à présent que le Dalaï-Lama se mêle de vacciner les bébés indiens au mépris des Principes du Bouddhisme

    Le 6 septembre 2012, Sayer Ji, directeur de la Nutrition au Centre de naissance de Naples et fondateur de GreenMedInfo, nous annonçait cette surprenante nouvelle. (http://www.greenmedinfo.com)


    Je suis entièrement d'accord avec ses propos que je vous livre :

    Le Dalaï-Lama administre un vaccin polio à un nourrisson

    « Sur la photo ci-dessus on peut voir le Dalaï-Lama administrer le vaccin polio oral bivalent (bOPV) à un nourrisson dans le complexe du temple Mahabodhi (Etat Indien du Bihar) - le site sacré où l'on pense que le Bouddha a reçu l'illumination il y a environ 2500 ans.

    « Au cours de cet événement télévisé et hautement symbolique, le Dalaï-Lama a, dans un geste de compassion, vacciné deux enfants, comme aussi manifesté son soutien à la Journée Nationale Indienne d'Immunisation et à l'Initiative Mondiale d'Eradication de la Polio dont les échecs et les duplicités ont été exposées dans d'autres articles.

    « Le 14e Dalaï-Lama n'est pas seulement le dirigeant politique exilé du Tibet, mais comme le pensent ses disciples, la manifestation vivante du Bodhisattva de la compassion, et en tant que telle une expression de l'illumination. Il n'est dès lors pas banal pour lui d'administrer personnellement des vaccins à des nourrissons à l'endroit même où l'on pense que le Bouddha a atteint l'illumination. »

    En vaccinant des nourrissons, le Dalaï-Lama aurait-il abandonné les Principes Ethiques du Bouddhisme ?


    dimanche 23 septembre 2012

    L'Etat uruguayen bientôt dealer officiel de son peuple ?



    L'État uruguayen sera-t-il bientôt le dealer officiel de son peuple ? La coalition de gauche au pouvoir veut établir un monopole d'État pour la production et la distribution de marijuana, rapporte le Christian Science Monitor. Le gouvernement espère, grâce à cette mesure choc, éradiquer les crimes liés au trafic de drogue, réduire les risques sanitaires pour les consommateurs et surtout prendre à contre-pied les politiques américaines en matière de lutte antidrogue, régulièrement désavouées publiquement par les pays d'Amérique du Sud.

    "La guerre de la drogue a échoué. Il y a toujours plus de consommateurs, et toujours plus de violences", a constaté, amer, le président de la commission parlementaire chargé du dossier, Sebastian Sabini. "L'Uruguay va ouvrir une nouvelle voie (...) et nous espérons qu'elle deviendra une norme internationale", a-t-il ajouté pour présenter le projet de loi. 

    Lancé début septembre, le débat devrait durer six mois au Parlement et fera l'objet d'un vote au Congrès ensuite. Les spécialistes se montrent confiants, étant donné que la coalition au pouvoir a la majorité dans les deux chambres, et que d'autres parlementaires ont déjà assuré le gouvernement de leur soutien sur cette mesure d'un tout nouveau genre.

    Si l'Uruguay devient le premier pays au monde à adopter ce type de législation, il pourrait bien devenir un exemple dans le reste du continent. De nombreuses voix se sont élevées ces derniers mois pour critiquer l'échec des guerres menées contre la drogue, dans un continent ravagé par les violences liées aux trafics. 

    En avril, le président du Guatemala, Otto Perez, avait ainsi lancé un appel à la dépénalisation des drogues comme "alternative" pour lutter contre la violence qui déferle sur l'Amérique centrale. Partant du constat que "la consommation et la production de drogue sont toujours plus importantes" malgré des années de lutte gouvernementale, Otto Perez en appelait à "réguler" le marché de la drogue, à l'instar de ce que "[le pays a] pu faire pour l'alcool ou le tabac".

    vendredi 21 septembre 2012

    OGM: Santé Canada se montre prudente

    Gilles-Éric Séralini
    Réagissant à l’étude du généticien Gilles-Éric Séralini sur les dangers du maïs OGM, Santé Canada a fait savoir jeudi qu’elle n’avait pas terminé l’examen de cette étude, mais que, si l’analyse en cours le justifiait, le ministère « prendra toutes les mesures appropriées pour protéger la santé et la sécurité » des consommateurs.

    Mais cela étant dit, le porte-parole de Santé Canada, Gary Scott Holub, se portait immédiatement à la défense du processus d’homologation des aliments transgéniques, dont l’étude Séralini dit qu’il faut les renforcer par des études indépendantes des fabricants et d’exiger des tests sur des périodes beaucoup plus longues que 90 jours.

    La réponse de Santé Canada se moule sur celle de la Commission européenne la veille.

    L’étude en question venait à peine d’être publiée dans la revue Food and Chemical Toxicology que plusieurs chercheurs, britanniques et australiens, la bombardaient de critiques méthodologiques. Pas un seul n’en a salué l’intérêt. Ils mettaient plutôt de l’avant des failles alléguées à propos des méthodes d’échantillonnage retenues, de l’analyse statistique, voire à propos de la revue scientifique choisie, même s’il s’agit de celle où Monsanto publie ses propres résultats.

    L’équipe Séralini a répondu à neuf de ces critiques jeudi.

    À ceux qui lui reprochent d’avoir retenu un « faible » échantillon de 200 rats, les auteurs répliquent que des lots de 20 rats sont exactement ceux qu’utilise Monsanto, mais dans des études de 90 jours plutôt que de 730 jours. Ils ajoutent que le budget de 3,2 millions d’euros, glanés difficilement, ne permettait pas davantage à une équipe indépendante.

    À ceux qui contestent l’utilisation de rats Spraque-Dawley, qui développent facilement des tumeurs, le Dr Joël Spiroux, coauteur de l’étude, répond que c’est précisément la lignée qu’utilisent les producteurs d’OGM, y compris Monsanto. « Et, ajoute le chercheur, les faits sont là : ceux qui ont été nourris au maïs OGM, avec ou sans Roundup, développent plus de pathologies et beaucoup plus vite. »

    Dans les trois groupes de rats traités, les tumeurs et affections des reins et du foie interviennent dès le 4e mois, dit-il, et ils explosent au 11e et 12e mois, ce qui correspond à l’âge d’un humain de 35 à 40 ans. Dans le groupe témoin, les tumeurs surviennent vers le 23e et le 24e mois.

    Chercheur biaisé?

    D’autres chercheurs ont critiqué la diète à base de croquettes, mais, réplique l’équipe française, ce sont les mêmes qu’utilisent les producteurs d’OGM.

    Quant à l’idée que les rats de cette expérience auraient absorbé plus de maïs OGM que des humains en proportion, les chercheurs français répliquent que la dose correspond à ce que mangent les Nord-Américains à leur insu.

    À ceux qui reprochent à Séralini d’être un « anti-OGM », le chercheur répond : « faux ». Séralini se dit favorable à plusieurs techniques transgéniques, dont la fabrication de médicaments. Mais « en revanche, ajoute le Dr Spiroux, Gilles-Éric Séralini et nous sommes contre les OGM agricoles, mal étiquetés et dont la toxicité au long cours est mal étudiée », notamment avec des protocoles scientifiques qui ont été élaborés sous la dictée de politiciens et de représentants de l’industrie, comme l’a démontré Marie-Monique Robin dans son livre percutant, Le monde selon Monsanto.

    Source: Louis-Gilles Francoeur
    21 septembre 2012
    Le Devoir

    __________

    Lire aussi sur ce blogue:

    OGM: Une guerre totale contre l'être humain
    http://www.blogger.com/blogger.g?blogID=38053341#editor/target=post;postID=7033028374652295732

    Les effets toxiques graves d'un maïs OGM et de l'herbicide Roundup
    http://www.blogger.com/blogger.g?blogID=38053341#editor/target=post;postID=9090379261669523052

    __________

    Serions-nous tous des cobayes ?

    Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le génie Génétique.
    Le Maïs NK 603 de Monsanto, cultivé sur 80% du sol américain, importé en Europe avec le pesticide Roundup

    Bande annonce du film


    Gel des fonds de dictateurs: la Suisse élève modèle?

     

    La Suisse se targue d’être un élève modèle en matière de restitution de fonds illicites. Les autorités expliquent ce rôle de premier plan par le renforcement des lois en la matière ces dernières années. Mais n’est-ce pas tout simplement parce qu’en Suisse, les banques abritent davantage d’avoirs illicites qu’ailleurs? 

     

    La Suisse, vous dites?

     

    Sur les 5 milliards de dollars restitués ces quinze dernières années au niveau mondial, la Suisse en a rendu à elle seule plus du tiers (1,7 milliard). Durant cette période, les lois anti-blanchiment ont été sensiblement renforcées, de même que celles sur la restitution des avoirs illicites.

    Pour les détracteurs, qui brandissent l’exemple tunisien, ces lois n’ont en fait pas empêché certaines banques suisses de continuer à accepter des fonds d’origine douteuse en provenance de «Personnes politiquement exposées» (PEP). Les nouvelles lois ne sont-elles ainsi qu’une hypocrisie? Ou, au contraire, la Suisse est-elle attaquée injustement sur ce dossier, les autres places financières traînant aussi des pieds en matière de recherche et de restitution des fonds de dictateurs?

    Source: Swissinfo

     

    Et le Canada, lui?

    Un virus dans les cigarettes

    Photo :  iStockphoto


    La liste des quelque 4800 substances auxquelles un fumeur s'expose compte un élément de plus : un virus!

    Des chercheurs français ont découvert que l'ensemble des cigarettes qu'ils ont testées étaient infectées par le virus de la mosaïque du tabac. Pour en arriver à ce constat, le biologiste Didier Raoult et ses collègues de l'Université Aix-Marseille ont analysé une cinquantaine de cigarettes de six marques différentes, ainsi qu'une soixantaine d'échantillons de salive collectés auprès de douze fumeurs et de quinze non-fumeurs.

    Leurs analyses montrent la présence de matériel génétique viral dans toutes les cigarettes analysées. En outre, des virus vivants ont été détectés dans 53 % des échantillons de tabac testés.

    Les échantillons de salive contenaient du matériel génétique viral dans 45 % des échantillons collectés auprès de fumeurs. Aucune trace de virus n'a toutefois été mise en évidence dans la salive des non-fumeurs.

    Le tabagisme constitue donc, selon ces chercheurs, une porte d'entrée dans le corps humain pour le virus de la mosaïque du tabac.

    Le saviez-vous?La cigarette contient également de la nicotine, des goudrons, des métaux lourds, de l'ammoniac et au moins 70 substances classées cancérigènes. 
    Ce virus est pathogène pour les plantes, mais rien n'indique qu'il est dangereux pour les humains.

    De précédents travaux laissent toutefois à penser qu'un virus végétal pourrait être capable d'infecter des cellules humaines. Il a en effet été établi que d'autres virus de plantes étaient capables de pénétrer dans des cellules de mammifère.

    Il a aussi été montré que le matériel génétique du virus de la mosaïque du tabac peut être traduit en protéines virales dans des cellules humaines (et donc théoriquement se multiplier), lorsqu'il y est introduit par un expérimentateur.

    La présence dans l'organisme humain d'un virus apparenté ( le virus de la marbrure bénigne du poivron) a déjà été associée à des symptômes comme la fièvre, des douleurs abdominales et des démangeaisons.

    Les auteurs de ces travaux publiés dans le Journal of clinical virology pensent donc qu'il est important de mieux cerner les effets du virus de la mosaïque du tabac sur l'organisme humain, en particulier au niveau du fonctionnement des cellules pulmonaires.

    La semaine dernière, des chercheurs québécois de l'Université McGill ont découvert qu'un certain gène détermine la vulnérabilité au tabagisme.

    Source: RDI

    Grande-Bretagne : les enfants génétiquement modifiés bientôt autorisés

    Le parlement de la Grande-Bretagne pourrait approuver dès l'année prochaine la loi sur la légalisation des enfants génétiquement modifiés. L'adoption de cette loi pourrait autoriser la naissance des bébés qui seront protégés de nombreuses maladies génétiques. Certaines de ces maladies peuvent tuer un enfant en quelques heures, d'autres le rendre handicapé à vie. La technologie prévoit qu'un enfant doit être né de deux mères et d'un père biologique.

    Au cours des 3 dernières années déjà, une trentaine d'enfants génétiquement modifiés sont nés aux Etats-Unis. Cela a provoqué un furieux débat sur des questions éthiques. Les bébés ont été testés et ils contiennent bien des gènes à partir de trois des parents. Quinze des enfants sont nés au cours des trois dernières années à la suite d'un programme expérimental de l'Institut de médecine de Reproduction et des Sciences de St Barnabas dans le New Jersey.

    Les bébés sont nés de femmes qui ont eu des difficultés à procréer. Les gènes supplémentaires proviennent d'un donneur femelle qui ont été insérés dans leurs œufs avant qu'ils ne soient fécondés, afin qu'elles puissent concevoir un enfant. Des tests d'empreintes génétiques sur deux enfants âgés d'un an confirment qu'ils ont hérité de l'ADN des trois adultes - deux femmes et un homme.

    Le fait que les enfants ont hérité des gènes supplémentaires et les ont incorporé dans leur «lignée germinale» signifie qu'ils seront, à leur tour, en mesure de les transmettre à leur propre progéniture.

    La modification de la lignée germinale humaine - qui est en fait un bricolage avec la structure même de la composition de nos espèces - est une technique rejetée par la grande majorité des scientifiques du monde entier. Les généticiens craignent qu'un jour, cette méthode pourrait être utilisée pour créer de nouvelles races d'êtres humains supplémentaires, avec des caractéristiques souhaitées telles que la résistance ou une grande intelligence.

    Source : DailyMai
    via Sott.net

    jeudi 20 septembre 2012

    Le PQ ferme définitivement la porte à l'industrie du gaz de schiste

    Martine Ouellet est une experte du dossier des gaz de schiste
     
    Moins de 24 h après son assermentation, la nouvelle ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, a confirmé jeudi matin que le gouvernement de Pauline Marois imposera un moratoire complet sur l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste au Québec.

    Le programme du Parti québécois évoquait déjà ce moratoire, précisant que le cadre réglementaire serait revu et que cette industrie ne pourrait aller de l'avant que dans un cadre sécuritaire.

    Jeudi matin, Martine Ouellet a été plus catégorique. Elle a rejeté la porte à toute possibilité d'ouvrir la porte à l'industrie du gaz de schiste. La ministre a déclaré qu'elle ne voyait pas le jour où la technologie permettrait une exploitation sécuritaire.

    « Notre position est très claire sur les gaz de schiste : un moratoire complet tant sur l'exploration que sur l'exploitation. » — Martine Ouellet, ministre des Ressources naturelles
     
    Une bonne nouvelle, dit l'AQLPA

    Un forage de gaz de schiste à Saint-Edouard-de-Lotbiniere (archives)
    Un forage de gaz de schiste à Saint-Edouard-de-Lotbiniere (archives)  Photo :  PC/Jacques Boissinot
    Ses propos sont applaudis par le président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), André Bélisle. « C'est une déclaration claire, courageuse, ferme, solide et nous, on la salue, parce que c'est une image de la réalité. Elle a pris position suite à de nombreux voyages en Pennsylvanie où elle a vu l'horreur », a-t-il affirmé.
     
    Le mandat du comité créé par les libéraux pour effectuer une étude environnementale stratégique sur les gaz de schiste sera élargi et transféré au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

    Selon André Bélisle, il s'agit d'une bonne décision. « C'est ce qu'on demandait. Il faut un BAPE générique pour pouvoir répondre à la question : "Existe-t-il une alternative et quels sont nos besoins réels en matière de méthane, ou de gaz naturel si vous voulez." »

    Nouveau ministre de l'Environnement

    Par ailleurs, l'AQLPA se réjouit de la nomination de Daniel Breton comme ministre de l'Environnement. Celui-ci est un environnementaliste connu pour son travail au sein de « Québec vert Kyoto » et « Maîtres chez nous 21e siècle ».

    André Bélisle note que ce sera le 38e ministre de l'Environnement avec qui il aura à travailler et que pour la première fois, il s'agit d'un écologiste. « Si ça dérange, c'est une bonne affaire parce que ça fait trop longtemps qu'on dort, qu'on fait semblant avec l'environnement et qu'on joue toute sorte de jeux sans vraiment faire le travail. »

    Les effets toxiques graves d'un maïs OGM et de l'herbicide Roundup


    En France

    Une étude menée par l'Université de Caen (France) et de Verone (Italie) a montré que des rats nourris avec un maïs transgénique provenant de la multinationale Monsanto, développaient rapidement et massivement des tumeurs cancéreuses. La France et l'Europe s'affole de ces résultats qui suscitent déjà la controverse.

    Cette nouvelle étude[1] qui vise à évaluer l'innocuité des Organismes génétiquement modifiés (OGM) sur la santé a été dirigée par Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen et Joël Spiroux de Vendômois (CRIIGEN, Université de Caen), deux opposants connus aux OGM.

    Elle a été menée secrètement[2] depuis 2006 et vient d'être publiée dans la revue spécialisée Food and Chemical Toxicology sous l'intitulé “Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize”.

    "Une hécatombe parmi nos rats dont je n'avais pas imaginé l'ampleur"

    Pendant deux ans (durée de vie moyenne d'un rat), les chercheurs ont nourri deux cents rats (mâles et femelles) soit avec du maïs normal soit avec le maïs génétiquement modifié « R-tolerant NK603 » fabriqué par la très controversée firme américaine Monsanto. Ce maïs est un organisme génétiquement modifié destiné à être résistant à l'herbicide Roundup, le pesticide le plus vendu au monde, également fabriqué par Monsento. La multinationale commercialise ainsi un "package" dont les constitutants sont complémentaires : graines transgéniques et pesticides, le cocktail parfait pour faire de l'argent, asservir les agriculteurs et détruire l'environnement et notre santé.

    Les scientifiques ont donc souhaité reproduire en laboratoire les conditions d'une alimentation régulière mais raisonnable en OGM NK603 traité avec du Roundup[3]. En effet, les dosages utilisés (à partir de 11% d'OGM dans l'alimentation, et 0,1 ppb de Roundup dans l'eau) sont caractéristiques de doses environnementales courantes.

    Malheureusement, tous les groupes de rats, qu'ils soient nourris avec le maïs OGM traité ou non au Roundup, ou encore alimentés avec une eau contenant de faibles doses d'herbicide présent dans les champs OGM, ont été atteints par une multitude de pathologies lourdes au 13e mois de l'expérience. A titre de comparaison, un an pour un rongeur, c'est à peu près l'équivalent d'une quarantaine d'années pour un Homme.

    Ainsi, l'étude montre que tous les rats femelles ont eu une mortalité rapide et deux à trois fois supérieure aux rats nourris sans OGM. En effet, les femelles ont développé des tumeurs cancéreuses imposantes (taille d'une balle de ping pong) principalement au niveau des mamelles et au niveau de la glande pituitaire (hypophyse chez nous).

    Chez les mâles nourris au maïs OGM, ce sont les organes dépurateurs (foie et reins) qui ont été attaqués : 2,5 à 5,5 fois plus de congestions et de nécroses du foie enregistrés que chez les mâles non nourris au NK630 et 1,3 à 2,3 fois plus de néphropathies rénales sévères et graves. Ainsi, ces mâles ont développé quatre fois plus d'importantes tumeurs que les plus chanceux, non nourris avec cet OGM.

    Puis au Québec

    Photo : Agence France-Presse
    Au Québec, cet été, des milliers de consommateurs ont consommé pour la première fois du maïs OGM non identifié. Jusque-là, le maïs OGM était réservé aux animaux domestiques.